samedi 13 juin 2009

Une vie (III)

La petite fille, bien sûr, c'est moi. J'ai eu de la chance de ne pas perdre mon père ce jour-là, et que plus tard mes parents me donnent un frère, de deux ans et demi mon cadet, puis quand j'ai eu 9 ans, une petite sœur. Papa a fait toute sa carrière dans l'armée de terre. Je suis née fille de caporal-chef et c'est au bras d'un colonel que j'ai marché vers l'autel lors de mon premier mariage. Je suis très fière de mon père et pourtant, être fille de militaire quand on était adolescente dans les années 70, ce n'était pas évident. Je me souviens d'une manif du lycée où, avec un copain fils de commissaire de police, nous nous sommes cachés quand on a vu le photographe du journal ! Mon père n'était pas très présent pendant notre enfance. Il travaillait beaucoup, partait souvent en missions ou en manœuvres. Nous avons aussi pas mal bourlingué mais toujours en France. Papa pensait que les séjours outre-mer ou à l'étranger nuisaient à une bonne scolarité. Pourtant moi, Djibouti, Papeete, et même Constance, ça me faisait rêver ... Maman était toujours là, présente, aimante, résolument positive. Elle faisait et défaisait des cartons, raccourcissait ou rallongeait les rideaux, au gré des mutations. Et puis, l'armée était une grande famille où l'on s'aidait beaucoup. Mon père est revenu à la vie civile en 1983 et a pris sa retraite à Montpellier, sa dernière affectation. C'est là qu'il vit toujours avec sa Pierrette, plus de 50 ans après, et tout près de sa benjamine. Ils nous ont "semés", mon frère et moi, à l'avant-dernier point de chute, Bordeaux. Lui y est resté, et moi j'ai continué à rouler ma bosse un peu partout. Aujourd'hui, Dominique chante dans deux chorales, dont une en basque. Il est abonné depuis quarante ans au "Miroir de la Soule" et assiste de temps en temps au banquet des anciens de Saint-François. Sa santé est bonne, il marche, voyage beaucoup avec Maman, fait des tournois de tarot, et a une chance insolente au jeu. Mais pas encore au loto sur les grilles duquel, invariablement, il coche les jours de naissance de ses huit petits-enfants. Ah, j'oubliais, Dominique a 75 ans aujourd'hui. Bon anniversaire, Papa !

11 commentaires:

karmara a dit…

Un magnifique hommage à ton père, distillé avec un sens certain du récit et du suspense…

Marie-Ange a dit…

Très bel anniversaire à ton papa.
Je lui souhaite de très très nombreuses années de route à venir dans la santé et l'amour des siens.
Bisous de belle journée.
Marie-Ange

Satsuki a dit…

Quelle belle histoire ! Et drôlement bien racontée ! Bon anniversaire à ton papa !

le bord doré des nuages a dit…

Délicieux et touchant retour en arrière, les filles de militaires aïe! aïe! aïe! j'en sais quelque chose, mon père était toujours envoyé en indochine ou en algérie,et comme ta mère la mienne passait son temps à faire et défaire les cartons, nous changions d'école tout les deux ans, pas le temps de se faire de vrais amis, mais bon, ça nous a permis d'avoir l'esprit nomade, ce qui est une bonne chose, bon anniverssaire à ton père bien aimé!

incertaine a dit…

On sent beaucoup d'amour dans tes mots...

Homo Sapiens a dit…

Je suis heureux pour toi. C'est simplement beau.

La Femme coupée en deux a dit…

Très joli billet... Bon anniversaire, Monsieur...

bricol-girl a dit…

Je prévoyais une fin triste, heureusement je me suis trompée. Bon anniversaire Mr le papa de PPN

heure-bleue a dit…

Ma Tornade anglaise est fille de militaire, pas toujours facile à assumer, tu le racontes avec pudeur. Très bon anniversaire à ton père...

Bérangère a dit…

ah ces yeux bleus ! Je comprends que Pierette ait craqué ;-) Happy Birthday Sir !

Ppn a dit…

Merci à tous de ces petits mots qui me vont droit au cœur. L'intéressé a reçu trois feuillets du même texte le 13 juin (les blogs, ce n'est pas trop son "truc"). Il a été très ému et malgré sa pudeur, a su me le dire. Il a aussi noté quelques petites erreurs (de date, de grade...) mais je lui ai dit que c'était là licence de narratrice...
PS : Bérangère, les yeux bleus hélas, aucun des trois n'en a hérité !