samedi 19 juillet 2008

Nostalgérie (2)

J'ai essayé de dire ici mon attachement pour l'Algérie, terre de ma famille maternelle, où nous avons bien failli partir vivre l'an dernier. Ça ne s'est hélas pas fait pour les raisons que j'ai expliquées .
Depuis ce faux départ, je corresponds régulièrement par mail avec une association d'anciens du village. La semaine dernière s'est produit un petit miracle comme nous en réserve parfois la toile. Le Maire actuel de cette bourgade d'Oranie a eu vent par un de ses condisciples de l'existence du site de l'association et s'est reconnu sur une photo de classe mise en ligne. Elle a été prise en 1960 dans la classe de CM2 de "Monsieur Robert" et, vous l'aurez compris, le premier édile c'est le petit garçon sage à la chemise à carreaux. Je ne ferai pas d'angélisme en vous parlant de réconciliation et d'amitié entre les peuples mais le symbole est joli, ne boudons pas notre plaisir. Gentiment, Monsieur le Maire a envoyé à l'association des photos de sa commune aujourd'hui. Depuis quelques années, des voyagistes surfent sur cette vague nostalgique pour proposer des pèlerinages à d'anciens pieds-noirs - mes parents eux-mêmes y sont retournés en 1988 - nous avons donc périodiquement des photos récentes. Mais là, ça faisait bizarre de se dire qu'elles avaient été prises quelques jours, voire quelques heures auparavant et que, par la grâce du numérique et de la toile, nous avions presque en temps réel le ciel bleu d'Algérie sous nos yeux !
Dans son message, il nous apprend aussi une nouvelle surprenante. Le grand écrivain national, Yasmina Khadra, publiera à la rentrée de septembre son nouveau roman avec pour toile de fond les événements d'Algérie, et il a choisi justement "notre" village pour y situer l'action. D'ailleurs, autre prodige du net (dont je ne suis pas sûre cette fois qu'il faille se réjouir) des extraits sont déjà en ligne. Pour les curieux, c'est . De Yasmina Khadra, je n'ai lu que "L'attentat", un livre fort dont on ne sort pas indemne. Je n'ai donc aucun doute sur la qualité de ce prochain opus mais bizarrement, je n'arrive pas à me réjouir de cette sortie. Sans doute nulle envie de ce coup de projecteur sur ma madeleine de Proust à moi ...

9 commentaires:

Satsuki a dit…

C'est rigolo, j'ai entamé hier soir "L'Allumeur de rêves berbères", de Fellag. Moi qui ne suis jamais allée en Algérie, je m'y suis tout de suite crue !

Homosapiens a dit…

Très belle histoire. L'Algérie est un pays dont ses enfants parlent avec une émotion qui ne peut laisser indifférent. Je ne suis pas fils de "pieds noirs" ou d'algérien, mais dans ma famille, il y a eu des "colons", et mes parents y allèrent même en vacances je crois. Bref, ce pays me touche. Je ne comprends pas pourquoi le nôtre, eu égard à notre passé commun, n'a jamais noué des liens réellement fraternels avec l'Algérie. J'ai le sentiment que ce serait quelque chose de merveilleux, si les algériens pouvaient librement venir ici, si ces pays autrefois ennemis devenaient frères... Angélisme disais-tu?..

Ppn a dit…

Satsuki, j'aime bien l'humour de Fellag aussi.
Homosapiens, c'est vrai que c'est une belle histoire et c'est vrai aussi que de part et d'autre de la Méditerranée, ce besoin de renouer des liens distendus est manifeste. Paix aux gens de bonne volonté !

heure-bleue a dit…

Le Bibelot est fils de pied noir, son père est né à côté d'Oran...

Ppn a dit…

H-B, d'où en Oranie ?

M'ados a dit…

Ta madeleine à toi a goût de fleur d'oranger...
Mais tu as raison, les coups de projecteur peuvent être très dévastateurs, surtout dans cette société du "Vu à la télé"...

Ppn a dit…

A m'ados : pour vivre heureux, vivons cachés.

Jorio a dit…

J'étais sûr que ppn réagirait. Tout lui est à fleur de peau. Son blog en est la preuve tangible. Alors, vous pensez, quand il s'agit d'Algérie et de Rio Salado.

Natif de ce même village, je souscris à tout ce qui a été dit sur le sujet.
Village, mon beau village, concèderas-tu à lever un coin du voile pour nous démontrer que tout va bien aux gens de bonne volonté ?

Ppn a dit…

Jo, merci pour cette réaction qui dément les us des blogs. Souvent, les gens qu'on connaît visitent mais ne commentent pas, ce qui est dommage. En revanche, on se constitue un réseau parallèle qui permet de faire de belles rencontres.