mardi 17 juin 2008

Tu quoque, mi fili

Dans la famille Sarkozy, je voudrais le fils. Pas l'aîné, Pierre, le musicien dont la lecture du Monde nous apprend qu'il va produire le prochain album de Doc Gyneco (!) non, le cadet, Jean. Celui-là même qui s'est fait remarquer grâce à son putsch comme conseiller général de Neuilly à 21 ans, dans le bastion que son père avait déjà pris par surprise à 28 ans. Du nanan pour les psychanalystes...
Jean S. vient de s'illustrer cette fois en réalisant une OPA sur la présidence du groupe UMP au Conseil Général des Hauts-de-Seine. Pour ceux qui n'auraient pas suivi, je résume. Dimanche, Patrick Devedjian, le patron de l'UMP va voir son ami-président pour lui proposer d'adouber un candidat centriste de droite (vous vous souvenez, ceux qui avaient opportunément quitté le navire Bayrouiste entre les deux tours de la Présidentielle ?) à la tête du Conseil Général des Hauts-de-Seine. Déjà, on peut se demander en quoi ces affaires locales concernent un Président de la République, mais passons. Là-dessus, le fiston s'écrie : "Pas d'accord. Il nous faut un président UMP pour cette assemblée où nous sommes majoritaires, au hasard, tiens moi." Et un bras d'honneur à Papa et Tonton Patrick ! Lesquels ont dû trouver un arrangement in extremis pour sauver la face. Comme dit la sagesse populaire : "Petits enfants, petits soucis, grands enfants, gros soucis". J'en connais un qui doit regretter le temps où il n'avait qu'à régler des problèmes de scooter fou ...

5 commentaires:

Bérangère a dit…

en V.F ça donne "Toi aussi mon fils!" ? Bien vu

Maurice a dit…

C'est de l'ancien français Bérangère, que tu n'as pas connu !

Ppn a dit…

Bon Bérangère et Maurice quand vous aurez finir de faire salon sur mon blog ... Blague à part, bienvenue Maurice, je n'avais pas eu l'occasion de te croiser encore.

BrB a dit…

Tous ça c'est bien d'la même engeance : Asinus asinum fricat ...

heure-bleue a dit…

Tel père, tel fils, on va vivre de belles années sous leur règne...