mercredi 18 février 2009

Elucubrations nocturnes

Il farfouille fébrilement dans le tiroir de sa table de nuit. Déchire le papier avec ses dents. Avale goulûment sa dose de plâtre. L'homme a des aigreurs d'estomac. J'ouvre les yeux. Regarde l'heure projetée en rouge au plafond de la chambre. 2:13. A peine trois heures que je dors. Je me découvre un mal de crâne lancinant. Dans ma tête, mon petit juke-box personnel diffuse en boucle :
"La vie me donne ce que j'attends d'elle, bonne nouvelle"
Je pense à celui dont j'entends clairement la voix. Le grand Francis. Grand, il l'est l'animal. Je l'ai croisé avec ses musiciens à Blagnac il y a des années de cela. A l'époque, il avait encore les cheveux longs et des moustaches gauloises. Il faisait pas loin de 2 mètres. Pourtant, c'est un homme discret. Peu de télés, jamais de reportages dans les magazines. Un album de temps en temps. Et un public d'afficionados dont je suis. J'aime tout chez Cabrel, son univers onirique, les paroles de ses chansons dont le sens m'échappe parfois et par dessus tout, la musique de son accent qui fleure bon le Lot-et-Garonne. A peu près à l'époque où je l'ai croisé, on m'avait proposé un poste à responsabilités à Marmande. Au directeur qui m'offrait cette promotion, j'ai répondu avec toute l'insolence de mes 22 ans : "Qu'est-ce que vous voulez que j'aille faire à Marmande ? il n'y a que des tomates et des rugbymen." Ce fut Toulouse, puis Paris. J'avais un côté Rastignac en jupon.
"La vie me donne ce que j'attends d'elle, bonne nouvelle"
Ma vie aurait pu changer du tout au tout si j'avais accepté ce poste. J'aurais pu tomber sur un gentil garçon, rugbyman pourquoi pas ? Après tout, ça fait plus de 20 ans que je n'ai pas retraversé la Loire, moi qui me sens profondément une fille du Sud. Chaque année, je me dis que cette fois, c'est la bonne. Parfois même je me pose des ultimatums. L'an dernier, j'y ai cru et puis, ça ne s'est pas fait. Et maintenant, voici venir cette crise qui nous rend tous prudents pour ne pas dire frileux. Pourtant, j'aimerais pouvoir me rapprocher de mon fils, de mes parents qui vieillissent (quoique je viens de recevoir un texto de ma mère qui est au Carnaval de Venise !) , voir grandir mes neveux, et surtout, surtout, ouvrir les yeux le matin sur un ciel bleu...
"La vie me donne ce que j'attends d'elle, bonne nouvelle"
PS : Pour les fans de Cabrel, je recommande la lecture hilarante de cette planche de Leslie. C'est .

10 commentaires:

bricol-girl a dit…

me vient immédiatement à l'esprit "lourde comme une bouteille de gaz"

rêver au sud a dit…

Cabrel, oui depuis toujours et pour toujours !
Je suis, comment tu dis, afficionada ?
Un "grand" bonhomme dans tous les sens du terme, sans paillettes ni poudre aux yeux.
Bisous de belle journée.
Marie-Ange

heure-bleue a dit…

On parle peu de Cabrel parce qu'il verrouille tout, il est propriétaire de son village, tous dépende de lui et comme tu l'écris en période de crise, on devient frileux...

Pascale a dit…

Encore un truc que j'ai loupé alors... J'ai fait un tour sur le blog que tu indiques et en voilà une bonne nouvelle ! transmets-lui mes félicitations à l'occasion !

heure-bleue a dit…

A relire mon commentaire, je suis nulle en calcul et mauvaise en français !!!

lakevio a dit…

Oserai-je dire que je connais très mal Francis Cabrel... Mais c'est sûrement parce que je suis snob, comme Boris Vian ! Tu vois, tout de suite les grands auteurs !!!!
Mais le Sud, ça me connaît ! Et là, même un cabanon me suffirait! Je n'ai pas dit la cabane au fond du jardin !... Le cabanon ! Pourtant, valse hésitation... irons-nous nous installer au Sud?... Pour l'instant, malgré la pollution, la pluie et les jours gris, on ne se lasse pas de Paris !
Bises.

la dame de haute savoir a dit…

coucou...

B a dit…

zut je voulais te faire une farce et mon doigt a dérapé...
en fait je voulais signer

la dame de haute savoie et non savoir...je ne suis pas aussi prétentieuse...

PS: je pense que Brb devrait jeter un oeil sur mon dernier post ;-)

à plusse !

Ppn a dit…

B., la Dame de haute savoir, serai-ce un lapsus ;-) ?

B a dit…

ben nan même pas !

PS: le code de vérification des mots: dinating...

Alors ça ce n'est pas un lapsus, c'est un signe ;-)