mardi 26 août 2008

Un jour, une photo (5)

Il est des regards qui vous happent. Au point d'enfreindre un règlement, celui de ne pas prendre de photos dans une expo. Il s'agit d'un cliché anthropométrique parmi d'autres, un de ceux qui évoquent les pages noires d'une histoire dont on préfèrerait qu'elle n'ait jamais existé. Les Arlésiens qui se pressent en ce moment au Palais de l'Archevêché où une rétrospective en images de leur ville les attend, découvrent pour beaucoup l'existence du camp de Saliers. Dans cette terre de Camargue qui, de tout temps, sut accueillir les gitans, on parqua pendant le gouvernement de Vichy des centaines de tziganes avant de les expédier par wagons entiers dans les camps d'extermination. Mathieu Pernot, un photographe qui a fait là œuvre d'historien, a exhumé ces fiches des archives départementales et recueilli les témoignages de quelques rescapés dans un livre. J'ai eu, il y a quelques années, l'occasion de me rendre à Auschwitz. Sur les murs, là-bas aussi, des tas de photos similaires, de face et de profil. Ce qui me parut terrible alors, c'est que sur certains clichés, plusieurs visages souriaient à l'objectif. Comme s'il fallait donner le meilleur de soi-même. Rien de tel dans cette photo qui m'a littéralement aimantée. C'est un regard franc, direct, presque serein, et qui dégage une incroyable force chez une toute jeune fille. Et une question qui me taraude : comprenait-elle ce qui lui arrivait ?

5 commentaires:

Satsuki a dit…

C'est vrai qu'on ne peut plus détacher son regard du sien. Qu'est-elle devenue ? On dirait une héroïne de roman. On a envie de lui inventer une belle histoire… 

PS : j'adore ta série photographique, c'est vraiment une bonne idée !

rêver au sud a dit…

Merci pour tes si gentils commentaires !
Ils m'ont permis de découvrir ton très beau blog au ton si peronnel ! La folie des hommes ne se soucie ni de la beauté ni de la souffrance.
Et ce Passé ne sert pas de leçon au Présent, ce qui est d'une infinie tistesse ...
Bisous optimistes tout de même, et très belle journée.
Marie-Ange

Bérangère a dit…

même genre de photos et de regards insoutenables au Cambodge...

karmara a dit…

J'apprécie énormément ton compte-rendu des Rencontres d'Arles.
J'ai remarqué que tu mettais souvent en avant des portraits de jeunes filles, voire de fillettes. (J'ai vu sur Google Reader une note pas encore publiée sur ton blog, avec une photo représentant des petites Anatoliennes).
Est-ce un hasard ? Ou comme je le suppute, es-tu particulièrement sensible à leur condition ?

Ppn a dit…

Merci les filles pour vos commentaires sur ma série "Un jour, une photo" à laquelle je mets fin bientôt fin car c'est un rythme plus soutenu pour moi, difficilement compatible avec la reprise du boulot. Karmara, ma dernière photo commentée sera celle d'un homme et quel homme, vous allez voir !