mercredi 20 mai 2009

Sur le gril

"Alors, comme ça, Mademoiselle, vous venez de Rennes ? Et vous avez dormi à l'hôtel ?
- Non Monsieur, je suis arrivée ce matin. (Avec la SNCF, c'est possible ! Aux heures de pointe, un TGV toutes les demi-heures. Au total, 20 par jour dans le sens Rennes-Paris avec une moyenne de deux heures de trajet ...)
- Et, vous n'avez pas peur de venir travailler dans la Capitale ?
- Vous savez, je suis née à Paris et j'y viens régulièrement, avec mes parents, le lycée...
- Ah ... et si vous êtes acceptée dans notre (prestigieux) établissement, vous comptez vous loger comment ?
- J'ai de la famille, des amis et puis, je travaillerai ...
- Ah non, Mademoiselle, je vous arrête tout de suite. Si vous intégrez ce lycée, vous n'aurez pas le temps de travailler en dehors de vos études !
- Mes parents m'aideront, ils sont à fond derrière moi.
- Hum, je vois ... (encore une fille à papa)
- Et je vois aussi que vous êtes en terminale L, option "histoire des arts". Ça va vous servir à quoi pour faire de la cuisine ?
- Eh bien, je pense que la créativité ...
- N'y pensez pas ! Dans une cuisine d'un grand restaurant, il y a peu de place pour les artistes ! (Ducasse, Haeberlin, Roellinger, Savoy et consorts apprécieront...)
- Et vous savez, Mademoiselle, que c'est un métier très, très dur pour les femmes ?
- Oui, mais je suis motivée et j'y crois.
- Mmm ... Vous pourriez me citer une femme Chef ?
- Oui, Monsieur. Hélène Darroze.
- Bien. Et elle officie où en ce moment ?
- A Londres, Monsieur.
- Bien, Mademoiselle, nous n'aurons pas d'autres questions."
J'ai récupéré ma Zuzu toute tremblante hier après son entretien dans un grand lycée hôtelier de la Capitale. Elle ne s'était pas laissée démonter mais, en l'accueillant, ma copine parisienne et moi, étions un peu interloquées par le côté machiste et emprunt de condescendance parisianiste qui lui avait été opposé. Encore, un GCP*, ai-je pensé in petto, comme dit ma copine Angèle de Scaer (Finistère Sud).
Peu de chances qu'elle soit prise, non, mais tant pis, on en a bien profité. Nous avons vu l'expo De Chirico au Musée d'Art Moderne, déjeuné dans une brasserie, pris le café chez ma copine (qui, par son métier, rencontre des vrais Chefs, elle), puis un autre au jardin du Petit Palais, puis traversé les Tuileries (avec un temps superbe), avant de sauter dans un 95 et regagner la Gare Montparnasse. Pas mal pour deux pauvres provinciales en goguette, non ?
* Gros C.. de Parisien. Je précise que j'ai vécu et travaillé 12 ans à Paris, y ai eu mes deux enfants et que j'adore m'y rendre. Sans compter tous nos amis parisiens...

11 commentaires:

karmara a dit…

J'imagine qu'il n'y avait pas une femme dans le jury…

Ppn a dit…

Ben, non, juste deux hommes ;)

bricol-girl a dit…

je te trouve bien pessimiste...

heure-bleue a dit…

Elle sera peut être prise, elle devra être encore plus motivée qu'un jeune homme..Et, je confirme, la cuisine est un domaine machiste...

Homo Sapiens a dit…

Tous mes voeux l'accompagnent! Que l'avenir lui soit bénéfique! Qui sait? Peut-être que Monpetit servira les plats qu'elle aura mitonnés?.. Ou qu'elle travaillera dans la même brigade que Le Rival?.. ;o)

Marie-Ange a dit…

Elle a sûrement une chance !
Après tout même des GCP peuvent avoir parfois des étincelles d'humanité ...
Tous mes voeux pour fifille.
Bisous de belle journée.
Marie-Ange

Anonyme a dit…

Que dire à la petite Zuzu.. Si tu y croit vraiment ça marchera,mais il faudra travailler double ou triple, c'est tout. Je me souviens que lorsque je suis allée demander des subventions à la CAF pour mettre en place une association humamitaire pour venir en aide aux réfugiés politiques du sud Est Asiatique en 85,le directeur de cette administration m'a "lancé" que mon idée n'était qu'un coup de coeur, et qu'elle allait passer...
Cette action a duré vingt années formidables, les plus belles de ma vie,je ne me suis pas laissée démonter par les réflexions de ce néanmoins charmant fonctionnaire,il a été le premier un peu plus tard, avec son service à faire avancer notre projet....mais il fallait continuer à s'accrocher, car rien n'était joué d'avance,chaque année je tremblais à l'idée que les subventions ne soient reconduites... Alors bonne chance Petite Zuzu!le bord doré des nuages

LiliLajeunebergere a dit…

J'espère vraiment qu'elle sera prise! Y'a pas de raison après tout.

Tu me donnes envie avec ta balade parisienne, nous c'est prévu demain :-)

Marie-Ange a dit…

Je songe à "faire" chambres d'hôtes !!! (c'est pour rire) !!!
Si un jour tu fais un détour par chez moi ...
Bisous du coeur.
Marie-Ange

Pascale a dit…

Bon courage jeune fille... Quel que soit le chemin, il arrive des belles choses : d'ailleurs parfois on se retrouve en cuisine après en avoir rêvé toute une vie sans se l'avouer et fait bien d'autres choses ! Amitiés à toutes deux.

Chasse Spleen a dit…

Non mais pour qui il se prend ce GCP?! Ne t'inquiète pas pas ma filleule adorée. Et puis, rien ne dit que tu ne dois pas y croire. Ils aiment bien essayer de déstabiliser les gens dans ces entretiens. Et, à ce que j'ai lu, je trouve que tu t'en es plutôt bien sortie. Bon courage et plein de bisous.