vendredi 9 janvier 2009

Clotilde Vautier, tableaux et tabou

Ce début d'année me laisse peu de répit. Démarrage sur les chapeaux de roues, à l'agence où j'essaie de rattraper deux semaines d'absence, comme à la maison où Zuzu est malade depuis mardi. Et pour finir, un vendredi occupée à aller "faire la prof" dans une école de commerce alors que j'aurais préféré lire les posts en retard et répondre aux premiers voeux. Je pare donc au plus pressé. Message à tous ceux et celles qui habitent à Paris, ne manquez à aucun prix l'exposition "Clotilde Vautier, un destin brisé" proposé par la Mairie du 3ème du 16 janvier au 6 février. Et ce, pour des tas de raisons, la première étant que Clotilde Vautier (1939-1968) a laissé en peu de temps quelque 200 dessins et la moitié de tableaux que j'ai eu la chance de voir à Rennes voici quelques années. La plupart d'entre eux ont pour sujets la femme et la maternité, thèmes prémonitoires quand on connait son destin. Ensuite, parce que c'est en évoquant l'histoire de Clotilde Vautier, sa mère, que Mariana Otero a réalisé en 2003 "Histoire d'un secret", un très beau film qui sera projeté pendant l'exposition. Enfin, parce que j'ai une tendresse toute particulière pour Antonio Otero, père de Mariana (et d'Isabel, l'actrice), mari de Clotilde Vautier et lui-même photographe et peintre. Par les hasards de la vie, nous avons acheté il y a une douzaine d'années une maison et avec celle-ci une fresque peinte par lui. J'ai cherché à en savoir plus sur l'artiste et, quand nous avons vendu la maison et réussi à récupérer la fresque, j'ai fait appel à lui pour la restaurer. Il a eu la gentillesse de le faire, sans aucune contrepartie, alors qu'il était atteint d'un début de dégénérescence maculaire. Lui et sa femme Marie-José continuent à perpétuer la mémoire de Clotilde Vautier, artiste très douée, morte prématurément des suites d'un avortement clandestin, sujet encore tabou à l'époque. D'ailleurs, 34 ans après la loi qui porte son nom, Simone Veil devrait être présente au vernissage de l'exposition, le 16. L'invitation m'est parvenue aujourd'hui au courrier. Je ne pourrai pas être à Paris mais peut-être que vous, si ?

13 commentaires:

karmara a dit…

Contente de te lire ! :)
Je vais faire tout mon possible pour aller voir cet expo. Le 3e, c'est loin de mon boulot, et c'est en général pendant la pause déj' que je vais voir des expos. Mais je vais me démerder.

bricol-girl a dit…

je vais essayer d'en savoir plus , tu me mets l'eau à la bouche.

heure-bleue a dit…

Comme je passe ma vie dans le 3ème arrondissement, quartier que l'Homme adore, que je me suis mariée dans cette mairie, je ne manquerai pas l'exposition....

karmara a dit…

"cette" expo ! Honte sur moi...

B a dit…

je confirme la qualité de la fresque d'Otero...;-)

See you very soon !

Pascale a dit…

Encore une belle proposition ! Merci de partager ces coups de coeur et de nous dire comment tu les vis. J'aimerais beaucoup aller à Paris un de ces jours, si seulement je pouvais abandonner mes clochettes l'espace de quelques jours...

rêver au sud a dit…

Très alléchante ta proposition !
Mais en ce qui me concerne c'est vraiment trop loin !
Dommage ...
Bisous de belle soirée.
Marie-Ange

Joyce a dit…

Une info sur Mehdi El Glaoui vaut bien quelques petites photos de l'expo, non ?

Mais non ce n'est pas du chantage !!! Juste une habile négociation...
Parce que... Dommage, un peu trop loin et quand c'est loin ben, c'est cher.

A bientôt, j'ai de la lecture en retard par ici.

Ppn a dit…

A toutes : Ravie de vous avoir fait partager ce coup de cœur.
A Heure-bleue : ne manque surtout pas le documentaire de Mariana Otero si tu ne l'as pas vu quand il est sorti au cinéma, je suis sûre qu'il te plaira.

heure-bleue a dit…

En sortant de chez le médecin, qui consulte à côté de la Mairie du 3ème, j'ai voulu aller voir l'expo mais elle ne commence que le 16 janvier, j'aurai l'occasion de retourner hez le médecin dans pas très longtemps...

karmara a dit…

J'y suis allée ce midi. Une petite trentaine d'œuvres présentées. Uniquement des portraits féminins. Très chouette expo, vraiment. Une belle sensibilité, beaucoup de tendresse pour femmes.
J'ai une inclination particulière pour les esquisses, notamment celles représentant sa fille, Isabel. Qu'elle appelait Carina... je ne sais pas pourquoi. Mais c'est presque mon prénom, alors ça me touche encore plus.

karmara a dit…

PS: merci !

Ppn a dit…

Oh, ça me fait très plaisir que tu y sois allée et surtout que cela t'ait touchée. Carina, ça veut dire chère, chérie en espagnol (avec la tilde sur le "n") ce qu'elles sont par leur père.