mardi 13 janvier 2009

2 janvier : penser à accoucher

Il m'arrive rarement de commenter une actualité à chaud. La plupart du temps, je préfère me donner un peu de recul. Pourtant, si j'ai décidé de faire exception à cette règle c'est parce que je suis choquée du retour à son poste de Madame La Garde des Sceaux, 5 jours à peine après son accouchement. Nous en discutions en famille hier soir au dîner avec ma fille et mon mari. Celui-ci alléguait que c'était du ressort de sa vie privée et donc, cela ne nous regardait pas. Pas d'accord. Connaître le père de sa fille, oui, cela relève de son intimité et en dehors d'une curiosité normale (je me souviens de Claire Chazal en son temps), elle a le droit à la discrétion. Pour ce qui est de son retour prématuré aux affaires, c'est autre chose. Rachida Dati, depuis qu'elle a été nommée à la Justice se met régulièrement en scène. Elle soigne sa com, comme on dit, et je ne suis pas loin de penser qu'elle sert aussi d'alibi au Président. Femme, brillante, élégante, née d'une famille nombreuse issue de l'immigration, elle n'est pas là par hasard. Comme Rama Yade ou Fadela Amara, elle sert de double caution à ce gouvernement. Or, là, à une époque où l'on nous serine qu'il faut travailler plus pour gagner plus, que nous dit-elle ? Qu'accoucher d'un enfant est aussi banal que de se faire extraire une dent de sagesse ? Que cela ne doit pas nous empêcher de reprendre nos activités professionnelles au plus tôt ? Que, si l'on va plus loin, celles qui prennent un congé maternité légal de 16 semaines, obtenu de haute lutte, sont des tire-au-flanc ? Cette dérive me paraît dangereuse. Déjà il n'est pas rare d'entendre dans certaines soirées ou réunions de bureau : "toutes ces femmes enceintes, ça devient de plus en plus dur à gérer", dit sur un ton volontiers badin. Les françaises font des enfants et sont même à ce titre, les bonnes élèves de l'Europe. Peut-être tout simplement parce que ce congé maternité dont semble faire fi Madame Dati les y incite ? Et au-delà de cette période de repos bien mérité pour toute maman, n'a-t-il pas été voulu surtout pour permettre de créer un lien privilégié et indéfectible entre une mère et son enfant ? Dolto disait que tout se jouait avant 6 ans. Espérons que pour la petite Zohra, tout ne se sera pas joué avant 6 jours...

10 commentaires:

rêver au sud a dit…

Oh je te sens en colère !
Vraiment je n'y avais pas pensé, mais maintenant que je t'ai lue avec attention, ton message m'interpelle ...
Donner la vie est le plus bel acte qui puisse exister, rien n'est moins banal, c'est au contraire extraordinaire et en y réfléchissant un peu plus,
les premiers jours mère-enfant sont d'une si forte intensité, qu'il faut à tout prix les préserver.
Je t'embrasse fort et te souhaite une très belle soirée.
Marie-Ange

La Femme coupée en deux a dit…

C'est F. Dodson qui a écrit que "tout se joue avant 6 ans", dans un livre qui porte ce titre, livre excellent par ailleurs, que je recommande à toutes les mamans...
Ceci dit, je trouve que tu as tout à fait raison...les "mammouths" commenceront probablement par "sucrer" le congé parental, puis à coup sûr d'ici moins d'une décennie, rogneront quelques jours sur le congé légal...

Pour conclure, je dirais que je m'estime beaucoup plus chanceuse qu'elle...et c'est déjà ça...

Ppn a dit…

Merci d'avoir corrigé cette erreur : ça m'apprendra à vérifier mes sources...

Homo Sapiens a dit…

Notre ministre aurait dit que ce retour - trop - rapide relevait de sa liberté. Or, elle est un personnage public. A ce titre, elle n'est pas aussi libre qu'elle le pense... Non, parce que chacun de ses actes est commenté. Sa reprise en 5 jours, va discréditer ces femmes bien plus mal loties, que de "petits chefs" ne manqueront pas de titiller... Elle aurait dû penser à cela.

bricol-girl a dit…

je suis aussi choquée par la césarienne de confort...

heure-bleue a dit…

En plus, ces 16 semaines ne sont pas de tout repos, les mères sont débordées, au bord des larmes (hormones en balagan), les bébés ont besoin de contact pour créer des liens...Madame Dati a le droit de jouer avec sa santé, retravailler après une césarienne à son âge, mais elle ne peut, en aucun cas, servir d'exemple...

Brigitte a dit…

Je suis exactement du même avis que toi , ça me choque , une maternité ça se vit intensément, là , on dirait une poule pondeuse .

B a dit…

" hormones en balagan "

Heure Bleue je t'adore !

Désolée mais je ne pense pas comme vous les filles. Ministre elle le sera un temps donné, mère elle sera à vie !

Non ????

lakevio a dit…

Il est vrai que la course en talons hautes cinq jours après une césarienne m'a laissée perplexe!...
Madame a fait un choix mais je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'un personnage public n'est pas libre d'en faire à sa guise surtout avec le risque de montrer du doigt celles qui profitent de leurs semaines de congé de maternité pour nouer les liens et profiter à fond de leur nouveau-né. Elle ne sera sans doute pas toujours ministre, mais les premières semaines de vie de son bébé seront perdus à jamais et c'est une autre qui en aura profité ! Il faut bon sens garder!

Satsuki a dit…

Il y a un très bon article dans "Courrier international" sur le sujet :
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=93480