mardi 23 septembre 2008

Mater Dolorosa

Début septembre, nous apprenions qu'après huit mois seulement d'existence, LibéRennes allait devoir fermer son bureau. Dommage, nous qui vivons sous l'ombre tutellaire du plus grand quotidien régional de France, Libé apportait un ton nouveau. Aujourd'hui, revirement de Laurent Joffrin et consorts, Rennes et Orléans (emporté aussi dans la tourmente) sauvent leur journal en ligne. Du coup, je vais lire les derniers articles et tombe sur un fait divers incroyable, résumé comme suit : "En prison pour infanticide, une femme de 35 ans vient d’accoucher d’une petite fille à la stupeur générale. Personne, ni les médecins, ni le personnel pénitentiaire, ni ses codétenues de la prison des femmes de Rennes n’avaient remarqué sa grossesse. Déjà mère de deux enfants de 3 et 5 ans, elle avait réussi à dissimuler une précédente grossesse à son mari jusqu’au moment de l’accouchement. Elle a avoué en mars avoir tué le nouveau-né dont le corps avait été retrouvé dans un congélateur de la ferme qu’ils habitaient à Saint-Nicolas-du-Pélem, village des Côtes-d’Armor. Cette fois, c’est l’ensemble de l’administration pénitentiaire qui n’a rien détecté. " J'avais entendu parler du déni de grossesse, notamment à l'époque de "l'affaire Courjault", mais à chaque fois, je reste incrédule comme Saint Thomas. Comment se peut-il que l'entourage ne s'aperçoive de rien ? Là, c'est encore plus sidérant. Cette jeune femme aurait subi des fouilles au corps, passé des visites médicales, vécu dans un milieu où la promiscuité est la règle, et personne n'a rien remarqué ? Je ne juge pas, là n'est pas mon propos. Je la plaindrais plutôt et me réjouis de la décision de justice qui lui permet de garder sa petite fille en prison avec elle, ce que la loi autorise jusqu'aux 18 mois du bébé. Non, je m'interroge sur cette cécité générale. J'aimerais juste comprendre...

10 commentaires:

Bérangère a dit…

et ce n'est pas moi qui vais t'aider tant cette situation me laisse comme toi dubitative....

bricol-girl a dit…

Pareil que Bérangère, mais j'y ajoute l'indignation!

rêver au sud a dit…

Nous vivons dans un monde
de plus en plus déshumanisé !
Les robots qui nous entourent n'ont ni âme ni sentiments...
Bisous et très belle journée.
Marie-Ange

heure-bleue a dit…

Tu aurais connu ma mère...Lorsqu'elle attendait ma jeune soeur, plus si jeune que ça maintenant, personne ne s'est aperçu de sa grossesse et pourtant ma soeur est née au mois de Juin...

Bérangère a dit…

tout bien réfléchi ce n'est pas tant la grossesse qui passe inaperçue qui me laisse sans voix mais l'infanticide.

karmara a dit…

Est-ce une bonne idée de lui laisser son bébé si elle est à ce point dans un déni de maternité ?

Ppn a dit…

A toutes : je comprends que cela fasse débat...
A Bérangère : l'infanticide quand on est une mère c'est toujours difficilement imaginable.
A Karmara : en fait, d'après ce que j'ai lu, le JAF a autorisé un "droit de visite" de 2 heures par jour en présence des services sociaux. Elle a déjà deux enfants et ce bébé est peut-être sa dernière chance de s'accepter en tant que mère. Mais la décision n'a pas dû être simple à prendre...

Brigitte a dit…

En fait , le cerveau est une machine complexe , quand il commande au corps de ne pas grossir , il le fait , tout comme les femmes qui n'arrivent pas à avoir d'enfants et qui se retrouvent enceintes à leur première adoption , quand il y a du lacher prise Celle ci croit se recréer en la personne du nouveau né , mais l'enfant ne l'interesse pas , c'est elle qui se refabrique , elle doit être psychotique et il y a interêt à faire gaffe au nourrisson , elle n'a pas d'affect pour elle et encore moins pour " la chose " qui grandit en elle .

Ppn a dit…

Brigitte, ton métier c'est psy ? Je suis bluffée par la pertinence de ton commentaire.

leslie a dit…

ouais moi je commente en retard mais j'allais dire la même chose que brigitte... en moins bien peut-être (ma mère est psy, d'ailleurs brigitte est peut-être ma mère))