dimanche 12 juin 2016

Un si long silence

Bo Bartlet
Eh oui, me revoilà. Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec vous, avec moi, avec ce blog trop longtemps abandonné. Et il me semble que je vous doive quelques explications,
Après une période assez longue passée en tête à tête avec moi-même, j'ai ressenti un besoin urgent de vie sociale. Et je me suis persuadée que celle-ci passait forcément par un job, n'importe quel job. Grave erreur.

Depuis bientôt quatre mois, je travaille dans une association événementielle dans laquelle je suis rentrée à la fois par hasard et par la petite porte. Quatre jours par semaine et quinze minutes de trajet en tram de chez moi, le compromis me paraissait intéressant. Même si le poste ne correspondait pas à mes compétences et que le salaire était inférieur à ce que je touchais au chômage, je pensais avoir fait le bon choix. J'avais oublié que l'absence d'ambiance et le manque d'intérêt pour son travail font qu'on puisse se sentir certes occupé mais aussi très malheureux...

J'ai surtout réalisé que si je n'avais pas un boulot très stressant, il m'ôtait une bonne part d'énergie que j'aurais préféré occuper à autre chose.Quand j'ai dû quitter mon précédent emploi, il y a bientôt deux ans pour des raisons que j'ai expliquées ici, je me suis lancée à fond dans la généalogie. Cette passion dévorante (il m'est arrivé d'y passer huit heures par jour comme un vrai job !) a donné naissance à un nouveau blog dont le succès m'a du reste étonnée.

N'ayant plus assez de temps à consacrer à mes recherches, la source d'inspiration s'est du même coup tarie. De même, je me suis rendu compte que j'avais de moins en moins de plaisir à aller au yoga, à lire, à écrire ou à téléphoner à mes amis et que sitôt le dîner expédié, je m'affalais comme une larve devant la télé.

C'est une réflexion récente de mon mari qui m'a servi d'aiguillon. Alors que je finissais comme tous les vendredis la grille de mots croisés de Télérama, il me fit remarquer ironiquement : "Ben, l'avantage de ton job, c'est que tu n'uses pas ton cerveau !" Et voilà comment j'ai décidé de me secouer les puces, de me remettre à l'écriture et de me servir de cet espace pour réveiller mes petites cellules grises (merci Hercule Poirot !) assoupies... 

5 commentaires:

liwymy a dit…

Ravie de te retrouver ici !
Ce qui est dingue, c'est qu'aujourd'hui moi aussi je me suis dit que j'allais réactiver mon blog. Après plus de deux ans de silence.
A peu près le même constat, d'ailleurs : boulot sclérosant et plus de temps pris pour prendre le temps de réfléchir et coucher mes réflexions par écrit.

Alors, à très bientôt, sur nos blogs, et dans la vraie vie, lors de ton prochain passage à Paris! :)


La petite poule noire a dit…

Ce premier commentaire ne pouvait pas me faire plus plaisir ! J'attends de te (re)lire avec impatience :)

Anita Corthier a dit…

Je vous retrouve avec beaucoup de plaisir !
Fauvette

Anonyme a dit…

Je vous retrouve avec beaucoup de plaisir !

Fauvette/Anita

La petite poule noire a dit…

Merci Fauvette !
Plaisir partagé :)