jeudi 29 mai 2008

Foot de douleur

Toute la journée, les radios nous ont rebattu les oreilles d'une tragédie qui s'est déroulée hier vers une heure de l'après-midi à Tignes. Si vous n'étiez pas au parfum, en entendant des mots terribles comme "forte charge émotionnelle", "douleur incommensurable", "épreuve d'une vie", vous imaginiez déjà le pire. Quoi ? Une avalanche meurtrière ? Un tremblement de terre encore plus dévastateur que celui qui vient de toucher le Sichuan (70000 victimes) ? Que nenni, vous n'y étiez pas du tout. Ce drame affreux, insoutenable, a fait sept malheureux, tous encore vivants à ce que je sache. Encore que, on ne sait jamais, peut-être l'un d'entre eux sous la pression trop forte, s'est-il jeté dans une dernière attaque désespérée contre un pylône électrique au volant de sa Porsche ?
La grande affaire donc de ces dernières 24 heures c'était la désignation par l'entraîneur de l'équipe de France de foot (what else ?), Raymond Domenech, des 7 joueurs qu'il avait décidé de ne pas sélectionner pour l'Euro 2008. Je sais, c'est tragique.
Dans une mise en scène que n'aurait pas reniée un autre Raymond (Rouleau, celui des Rois Maudits), il a donné congé après un dernier repas à ses 30 mercenaires du ballon rond, les prévenant que seuls les recalés auraient sa visite. Plouf ! plouf ! c'est-toi-qui-y-es ! L'un racontait sur France Info qu'il avais mis son iPod nano sur ses oreilles, et écouté de la musique classique (peut-être le Requiem de Mozart ?). Lui a eu de la chance, il a pu aller jusqu'au bout. D'autres ont entendu trois coups frappés sèchement à la porte (il paraît que Domenech est passionné de théâtre, ceci explique cela) et deux minutes après, ils n'étaient plus rien. Un hélicoptère les attendait (sûrement avec en fond sonore la charge des Walkyries comme dans "Apocalypse Now ") pour les ramener dare-dare à Paris. S'agissait pas qu'en plus ils cassent le moral des troupes restantes avec leurs jérémiades.
J'en vois qui vont dire que je suis une sans-cœur et me reprocher de ne pas compatir à l'énorme déception de ces pauvres garçons. C'est vrai qu'ils ont travaillé dur pour en arriver là. Prenons un de ces sept recalés au hasard, tiens Trézeguet, c'est vrai qu'il nous a fait vibrer en 1998. Il avait à peine 20 ans. Il en a 10 de plus et il joue à la Juve qui lui verse un salaire annuel de 4 millions d'euros, salaire qu'elle va encore rallonger pour le garder la saison prochaine. C'est sûr, il fait pitié.
J'ai une idée : et si je lançais une collecte sur la toile afin de lui offrir une douzaine de petits carrés Hermès pour sécher ses larmes ?

6 commentaires:

Bérangère a dit…

Je ne te savais pas footeuse! alors l'était bon ce déjeuner indien ? lâcheuse ;-)

heure-bleue a dit…

je suis anéantie par cette tragédie dont j'ignorais tout..C'est quoi le foot ?...

Ppn a dit…

J'aurais dû commencer par là ...

le-gout-des-autres.blogspirit a dit…

Je suis effondré par le choix de Domenech. D'un autre côté, comme je joue surout aux mots croisés je suis moyennement touché par le sort d'une équipe de foot...
Cela dit, je te précise que je suis un râleur, pas une râleuse.
C'est pas une question de préférence sexuelle, c'est une question d'état civil. Surtout que, depuis le temps que je vis avec Heure-Bleue elle aurait sûrement remarqué qulque chose

Ppn a dit…

Toutes mes excuses ! Je corrige tout de suite. Toi et heure-bleue ? Quelle équipe ! On ne doit pas s'ennuyer avec vous.
PS : je suis aussi cruciverbiste. j'en ai fait un post en avril.

Homosapiens a dit…

Oh que ce fut bon de lire ce billet! Cet univers footballistique me gonfle!!!!!!! hé hé!