vendredi 17 décembre 2010

Au milieu du gué

Il est arrivé ce moment, je crois, celui où l'on est encore un  peu la mère de ses enfants, et où l'on commence  déjà à être celle de ses parents. Les miens ont plus de 75 ans et jusque là, ne nous ont donné aucun souci. Et puis voilà que depuis un mois, Maman a une méchante hernie discale qui la fait souffrir le martyre. Sa rhumatologue lui a prescrit de la morphine pour calmer la douleur en attendant un rendez-vous pour une infiltration. Je ne sais pas si la morphine y est pour quelque chose mais ma mère est devenue hypersensible, pleurant pour un rien. Comme c'est une maîtresse femme, mon père en  est tout déconfit. Maladroit comme le sont souvent les hommes face à une situation qui les dépasse, il lui a demandé de se contrôler (mon père n'est pourtant pas anglais mais le "never explain, never complain" royal pourrait être sa devise), redoublant les sanglots de ma mère dans lesquels doit se mêler de la rage jusque là contenue. Bonne fille, je tente de raisonner mon père (un ancien colonel, autant dire que je prends des risques, si  je continue, je vais me retrouver au gnouf) et de consoler ma mère (qui me répète à l'envi l'affront subi). Après une demi-heure passée sur Skype, je suis lessivée et me dis que l'époque où l'on s'écrivait avait finalement du bon. Cette semaine, alors que j'avais pris mon billet de train pour aller passer Noël chez eux, retournement de situation, Maman va mieux et envisage - avec la permission de son médecin - que ce soit eux qui viennent finalement chez nous (j'imagine qu'elle ne supporte plus son lit de douleurs et a envie de changer d'air). Elle m'annonce cela au téléphone toute guillerette, mon père furieux en background. J'essaie de comprendre le refus de mon père puisque c'est ce qui avait été prévu au départ avant les problèmes de santé de Maman. Le fait qu'il ne juge pas cela très raisonnable ne me semble pas être la seule raison. Il me faut creuser. C'est alors que je me souviens que lors de la grande pagaille voici deux semaines, il avait évoqué les intempéries et l'état des routes. Eurêka ! me dis-je in petto, et de lui suggérer de venir les chercher en voiture et de les ramener ici avec moi. Mon père fait mine de réfléchir mais pas assez longtemps, et je comprends alors qu'il n'attendait que ça. Marché conclu. Je partirai donc lundi matin de bonne heure pour revenir avec eux le 23. Comme dit mon frère à qui je conte ce dernier rebondissement dans la saga de Noël, il y a deux ou trois ans, notre père n'aurait jamais accepté de ne pas prendre sa voiture. C'est à des petites choses comme ça que l'on s'aperçoit que nos parents vieillissent et ne seront pas éternels...     

13 commentaires:

Une quinqua tastrophe ;-) a dit…

Profite ma belle..ils ne sont pas éternels (ni nous non plus d'ailleurs)

le bord doré des nuages a dit…

Quelle gentille fille tu fais petite poule noire.. les enfants d'officiers ont le coeur sur la main c'est bien connu, ils ont aussi un fichu caractère comme leur papa n'et ce pas?( j'en parle en connaissance de cause...)

bricol-girl a dit…

Nous sommes ce que j'appelle la génération sandwich, pas toujours facile à vivre mais au moins tu as encore une partie du sandwich.

Astia a dit…

Très émouvant... très sincère et touchant de vérité, encore une fois Marie. Bravo pour ce billet, un petit bout de ta vie et un bel hommage à ceux qui t'ont donné la vie.

heure-bleue a dit…

Il vient trop vite le moment où on devient les parents de ses parents...

Brigitte a dit…

Je pense toujours que jusqu'à 75 ans , tout va , après c'est à des petits signes comme tu les décrits qu'on voit le vieillissement , en tous cas , bravo pour ta finesse , tu as pigé ce qui tracassait ton père §

BrB a dit…

In petto et en elle même car ce sont deux langues que Ppn parle courament !
Et une petite pensée pour BrB qui à la dernière minute est obligé de faire du charme à l'agent(e) de voyage de sa boîte pour changer son Paris-Montpellier en Paris Bordeaux le week en de Noël ...

Marie-Ange a dit…

Nous devenons les parents de nos parents ...
Il me reste ma maman, si frêle, que je cajôle du mieux que je peux, avec tout mon amour ...
Bisous d'espérance chère Ppn.
Je te souhaite un Noël de Paix et d'Amour.
Marie-Ange

Valérie de Haute Savoie a dit…

Mes parents eux ne viennent pas. Trop fatiguée dit ma mère, qui préfère je crois ne pas quitter son Paris si chic et surtout ne pas retourner dans cette province qu'elle exècre. Mais c'est aussi un signe de vieillesse qu'il va me falloir adopter. Mes parents refusent par contre que nous les cherchions :(

Hermione a dit…

Bonne route demain :)
Tes parents acceptent ton aide, c'est bien (même si tu as laissé le colonel sauver l'honneur en faisant mine d'y réfléchir). Mon beau-père est une forte tête et son satané amour-propre l'a longtemps empêché d'accepter avec simplicité l'aide de ses enfants, pourtant proposée de bonne grâce.

marie-madeleine a dit…

Ce jour où l'on commence à prendre en charge nos parents nous aide à préparer leur vieillesse. Profite de ce temps là!

marie-madeleine a dit…

Passe un joyeux Noël!

dieudeschats a dit…

C'est un futur qui me glace d'effroi... heureusement il n'est pas encore à l'ordre du jour.