samedi 31 décembre 2011

Ouverture de la nuit

Ouverture de la nuit, c'est le nom de cette toile.  Elle est de Geneviève Asse et je l'ai découverte un jour au Musée des Beaux-Arts de Rennes. Pourquoi certains tableaux vous parlent plus que d'autres ? Mystère. Je ne voulais pas terminer l'année sur une note triste or mon précédent billet n'était pas gai. Je sens que celui-là sera en demie teinte à l'image de cette année qui se termine. Il n'est pas 19 heures et j'ai déjà hâte que cette nuit du 31 décembre soit passée. A chaque fois, je me demande ce qui nous pousse encore à vouloir à tout prix accomplir ce rituel de passage. Ce soir, une fois de plus, je me suis laissé persuader de réveillonner. Nous retrouvons un couple de nouveaux venus à Bordeaux, esseulés comme nous. Ils ont réservé une table dans un restaurant branché de la ville, ou plutôt dans son annexe car c'était déjà complet. On nous a promis qu'il n'y aurait pas de cotillons ni de langues de belle-mère et que la musique d'ambiance se ferait discrète. Nous allons encore faire bombance alors que nous avons à peine digéré les agapes de Noël. Il va falloir attendre les douze coups de minuit avant de pouvoir s'éclipser sans paraître grossier et pire, se congratuler au milieu d'une foule de parfaits inconnus. Même si mon mari et moi trouvons stupide de consacrer un budget pareil à une note de restaurant au lieu de nous offrir, je ne sais pas moi, des livres, on ne se sent pas d'annuler maintenant. En tout cas, et ce sera ma première résolution de l'année 2012, l'an prochain, on réveillonne entre intimes ou pas du tout ! Bon, allez, ce n'est pas tout ça, je dois aller enfiler ma robe de bal et mes pantoufles de vair. Bonne année 2012 à vous qui passez ! 
PS : 1er janvier, une heure du matin : c'était une bonne soirée en fin de compte. Comme quoi.
     

9 commentaires:

Marie-Ange a dit…

Je te souhaite un très beau réveillon chère Petite poulette ***
C'est lorsque l'on s'y attend le moins que les jolies choses arrivent ***
Je t'embrasse et te donne rendez-vous l'année prochaine !
Marie-Ange

bricol-girl a dit…

J'aurais pu écrire ce billet. Bonne année quand même.

rosaannoma a dit…

Tes derniers mots "Comme quoi" me plaisent. Que 2012 vous soit "pleine de bonnes surprises" (et de bons livres!)

Valérie de Haute Savoie a dit…

On peut parfaitement réveillonner sans sortir de table explosé ;o)
Je viens en retard et vois que cette soirée était pour toi agréable, présage d'une bonne année ! Je t'embrasse.

Hermione a dit…

Contente que la corvée se soit transformée en moment agréable. Et si contente aussi de lire quelqu'un qui sait écrire pantoufle de VAIR (mais ça n'a rien d'étonnant venant de toi bien sûr chère petite poule noire !).

marie-madeleine a dit…

Chaque année je choisis un dîner chez mon amie d'enfance plutôt que les fêtes auxquelles je suis conviée. C'est doux, cosy, raffinée et chaleureux.
Bonne année à toi, beaucoup de paix, un beau travail et une vie agréable...

La petite poule noire a dit…

Quelques nouvelles de la Petite poule noire version 2012 (et un an de plus depuis le 1er janvier en prime !) : j'ai beaucoup de travail depuis un mois environ. Ce n'est pas LE job tant attendu mais j'ai des missions qui mises bout à bout m'occupent pas mal. J'écris des textes pour le web d'un côté et de l'autre, je m'occupe des RP pour deux salons parisiens. Et en plus mon cher et tendre a passé sa semaine de Noël à me faire un super beau bureau ! Le moral est bon, la santé pas mal à part une double tendinite au bras gauche mais heureusement, je suis droitière ;)
Et surtout une bonne année à tous et à toutes fidèles lecteurs de ce blog que vous laissiez ou non une trace de votre passage...

BrB a dit…

Heu, il me semblait que cette pièce était destiné à être notre bureau ??? Le cher et tendre n'est pas (encore ?) assez altruiste pour n'en faire que ton perchoir, poulette de mes rêves !

La petite poule noire a dit…

@ BrB, quelle étourdie je fais ! Quand j'ai écrit ce billet, il n'y avait encore que mon perchoir dans la pièce. Je serais ravie de la partager plus souvent avec toi. Hélas, la plupart du temps, je dois me contenter de Savannah qui, by the way, adore ton fauteuil ;)