mardi 24 avril 2012

20 ans de magie

Quelques jours avant l'ouverture officielle d'Eurodisney - ça ne s'appelait pas encore Disneyland Paris - je reçus à titre professionnel une invitation à une visite en avant-première. C'était le 7 avril 1992, il y a 20 ans donc. J'habitais alors au Perreux-sur-Marne et je partis de bon matin dans la direction opposée de mon trajet habituel. A peine descendue du RER A dans la toute nouvelle gare de Marne-La-Vallée-Chessy, inaugurée pour l'occasion, que je remarquais des familles entières qui se dirigeaient vers l'entrée du site. Pas une seconde, je n'avais imaginé que je pouvais faire profiter un des miens de cette aubaine. Pour moi, c'était une journée réservée aux professionnels et la visite serait guidée et commentée par les pros du marketing et de la com qui m'y avait conviée. En fait, c'était une journée "portes ouvertes", tout simplement. Après m'être signalée auprès des organisateurs, je reçus de la part d'une dame tout à fait charmante le feu vert que j'attendais pour revenir accompagnée de mon petit garçon. Au contraire, me dit-elle fort à propos, les enfants sont les bienvenus au Royaume de Mickey ! Je repris donc le RER en sens inverse et arrivai sur les coups de 10 heures à l'école maternelle où était scolarisé mon fils. J'attendis l'heure de la récréation pour aller demander à la directrice l'autorisation de l'emmener avec moi. Je revois encore sa joie, non seulement de quitter l'école avec sa maman un jour de classe mais en plus pour aller à Eurodisney, le roi n'était pas son cousin ! Je reprenais donc pour la troisième fois la même ligne mais cette fois avec mon petit bonhomme qui me pressait de questions. Nous n'avons manqué aucune des attractions proposées par le Magic Kingdom, et comme nous faisions partis des "happy few" de cette avant-première, nous n'avons pas eu à faire la queue trop longtemps. Je me souviens qu'il avait apprécié particulièrement Pirates des Caraïbes, l'attraction qui a inspiré la saga au cinéma que nous sommes allés plus tard découvrir en famille. Je le revois encore à califourchon sur le fut d'un canon, ses billes noires brillantes d'excitation, se pressant les joues dans ses menottes comme s'il n'en croyait pas ses yeux, savourant avec gourmandise le spectacle qu'il découvrait tout autour de lui. Nous avons eu l'occasion de retourner à Disneyland par la suite mais de cette première journée, je garde pour toujours le souvenir de l'émerveillement d'un petit garçon de trois ans ...